AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
SALUT LES COPAINS ! LE FORUM EST OUVERT ! VIENDEZ !

Partagez|

the new maid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
UNDER THE SPOTLIGHTS
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 380
MessageSujet: the new maid. Dim 20 Juil - 15:09

the new maid, with devon myers
Ça dure depuis trop longtemps. Je ne peux tolérer sa présence chez moi une journée de plus. Elle s'occupe de mes enfants et je ne peux pas la voir ni en peinture, ni en photo, ni en trois dimensions. Je veux qu'elle parte. Mais jamais il ne me laissera la renvoyer. Abandonnez ? Oh, que vous êtes drôles. Tess Cohen-Myers n'abandonne jamais. Jamais. J'ai simplement dû trouver un autre moyen de l'éloigner le plus possible de mon foyer. « Bienvenue Conception ! » La mexicaine légèrement(très) enveloppée passe le seuil de la porte. Elle sourit. Un peu gênée par mon enthousiasme à son égard. « Nous sommes très heureux de vous avoir parmi nous. L'agence ne tarit pas d'éloge sur vous et votre travail. On raconte que votre coup de plumeau est radical. Est-ce vrai ? » Une main sur son épaule, je lui fais traverser notre immense hall d'entrée en direction du salon commun. Lui aussi, immensément grand. « Désolé, moi pas comprendre tous les mots... » Courage et patience. « Oh mais ce n'est pas grave, nous vous payerons un professeur qui vous apprendras notre langue ! » Me débarrasser d'Haelga va me coûter bien plus cher que je ne l'aurais cru. Nous arrivons enfin à destination et je la fais asseoir sur notre canapé en cuir blanc, grand luxe, extrêmement coûteux. Je m'assoie à ses côtés. « La maison est grande, monsieur Myers et moi-même sommes absent la majeur partie de la journée. Lui plus souvent que moi. Mais en général, nous nous retrouvons le soir. Nous avons trois jardiniers, un garçon de piscine et deux chauffeurs. Nous avons déjà une chef, donc vous n'aurez pas à faire la cuisine. Simplement le ménage. Tout doit être propre, du sol au plafond. Votre salaire est de 1900 dollars par mois, vous commencez le matin à sept heures et vous terminerez le soir à vingt-deux heures. Cela vous convient ? » À l'écoute du montant de sa paille, Conception se jeta dans mes bras. « Aï Dio Santos ! Merci merci merci merci ! » Elle ne comprend pas tous les mots, mais elle ne semble pas étrangère aux chiffres. Ce rapprochement me gêne quelque peu, surtout lorsque je porte du Peter Piloto. Je la repousse donc gentiment. « Oui oui, tâchons de nous calmer. Vous pouvez commencer tout de suite ? » Et c'est ainsi, que ma nouvelle bonne, Conception, travailleuse et dévouée se mit au travail.

Un après-midi passé et deux margaritas plus tard, je me prélasse sur l'un de nos transats, au bord de la piscine. Il est presque 20h, mais le soleil tape toujours. Je savoure donc ces derniers éclats, en sirotant le cocktail délicieux que Conception m'a préparé. Que Dieu bénisse cette femme. Elle travaille vite et bien. Elle fait tout ce que je lui demande et elle prépare les margaritas comme personne. Une perle. C'est l'occasion d'exhiber mon nouvel achat de ce matin. Un bikini triangle Gucci. Une pure merveille. Mon cher mari ne devrait plus tarder maintenant. J'ai hâte de voir la réaction de Devon. Et en parlant du loup. « Tiens, chéri, tu as passé une bonne journée ? » Lui dis-je, d'un air innocent. Alors qu'il a certainement dû croiser la bonne et lui demander qui elle était. Que le spectacle commence.

_________________
I want money, power and glory. I want money and all your power, all your glory. Alleluia, I wanna take you for all that you got. Alleluia, I'm gonna take them for all that they got.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 71
MessageSujet: Re: the new maid. Dim 20 Juil - 21:10

the new maid


Say something, I'm giving up on you. I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you. Say something, I'm giving up on you. ft. Devon & Tess
Ce petit jeu avait le don de le lasser, de le rendre à bout de nerfs. Ce n'était qu'une gardienne, qu'une jeune femme qui s'occupait de ses enfants et sa femme avait le don de le mettre hors de lui. Devon n'allait pas se plier aux quatre volontés de sa femme. Il avait le droit de faire ce que bon lui semblait, d'engager des personnes compétentes. Les enfants adoraient Cassie et c'est surement ce qui dérangeait le plus Tess. Un soupir passa entre ses lèvres alors qu'il retira son accoutrement de travail pour enfiler une chemise noire soyeuse que sa femme lui avait achetée. Elle aimait passer son temps à dépenser leur argent pour des vêtements couteux et prenait un plaisir fou à choisir les vêtements de son mari. Ça n'avait pas réellement d'importance pour lui. Tess connaissait ses mesures, il n'avait pas besoin de l'accompagner la majeure partie du temps. Il n'en avait pas le loisir de toute façon, il était un des chirurgiens les plus réputés et il passait la plupart de ses journées au boulot. Il enfila son pantalon d'un gris classique, mais n'eut pas le courage de mettre le veston puisque la chaleur était prenante. Il laissa quelques boutons ouverts sur son torse et fila vers sa voiture noire. Il l'aimait. Elle. Elle et les multiples voitures qui traînaient dans l'immense garage. Devon avait une passion pour les voitures, c'était surement ce côté enfantin dont il n'avait réellement pu se détacher. Cette voiture était la classique. BMW noire. Elle brillait de mille feux parce qu'il passait un temps fou à les nettoyer et n'aimait pas qu'un autre que lui pose les doigts sur ses voitures. C'était son passe-temps. Sa façon de se détendre. Hors de question que qui que ce soit ne le fasse à sa place, ça le mettait hors de lui dans ce cas. Il se posa contre le cuir de la voiture. Elle avait encore cette odeur de voiture neuve et ça eut le don de faire naître un sourire contre ses lèvres.

Une fois dans la maison, il laissa tomber son veston sur le coin d'une chaise pour se diriger vers la cuisine afin de se prendre une bière. Il tourna un coin et tomba face à face avec une inconnue qu'il n'avait jamais vu auparavant. Elle était en train de faire le ménage de la maison, de terminer le ménage serait surement plus adéquat. Son regard froid se posa sur elle et ne manqua pas de la dévisager pendant un instant. « Qu'est-ce que vous faites chez moi?» Ils n'avaient pas besoin d'une femme de ménage puisque Cassie venait le faire de temps à autre, il lui avait demandé et c'était afin de l'aider pour avoir un peu plus d'argent. Il se doutait que ça n'avait rien de facile. « Madame a engagé moi pour ménage de maison.» Il soupira. Elle ne savait pas réellement comment réagir face à Devon. « Oui. Oui. Je pense que c'est assez propre, vous pouvez disposer.» Elle n'avait pas complètement fini, mais il s'en fichait. La femme ne lui manqua pas de lui faire comprendre. « Moi pas comprendre. Moi pas avoir terminé.» Il serra les dents un moment et se retourna vers elle. « Peu m'importe. Vous disposez ou je vous renvoie sur le champ.» Elle le regardait indécise. « Vous partir, parce que moi renvoyé vous si vous rester ici une minute de plus.» Il s'en fichait d'elle. Il n'en avait pas besoin. La femme se crispa et se dirigea vers ses choses pour les mettre en ordre et quitter rapidement la maison. Il ferma les yeux un moment et passa une main sur son visage question de se calmer. Il lui fallait cette bière. Il était exténué et il était à peine rentrer que sa femme jouait déjà avec ses nerfs. La bouteille entre les doigts il se dirigea dehors pour s'approcher d'elle. Il se doutait qu'elle était en train de se prélasser au soleil. Devon aimait sa femme, mais son esprit était autre part depuis quelque temps. Ils se prenaient la tête pour des conneries. Il se rendait compte que cette vie ne le complaisait pas parfaitement et elle. Tess. Elle faisait tout pour le faire sortir de ses gonds. Il n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait lui prendre. En fait. Il avait quelques doutes, mais il ne se passait rien entre la gardienne et lui. Elle n'était que la gardienne. Il ne faisait que lui parler. La regarder un peu trop longtemps. Il s'approcha de sa femme et prit une gorgée de sa bière. « Tiens, chéri, tu as passé une bonne journée ? » Il arqua un sourcil en plantant son regard dans celui de sa femme. Cassie était un sujet particulièrement délicat entre eux. Ça ne changeait pas avec le temps, ça devenait de plus en plus tendu même. Devon ne prit pas la peine de répondre à sa question, loin d'aimer ce petit jeu qu'elle instaurait depuis quelque temps. « Je peux savoir à quoi tu joues Tess?» Il posa sa bière sur une petite table qui traînait autour de la piscine. « Nous n'avons pas besoin d'une femme de ménage et tu le sais très bien.» Son temps était ferme. Froid. Elle jouait à un jeu dangereux.

_________________
locked out of heaven
never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. but swimming in your world is something spiritual. i'm gonna get every time you spank the night.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
UNDER THE SPOTLIGHTS
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 380
MessageSujet: Re: the new maid. Lun 21 Juil - 0:02

the new maid, with devon myers
Devon arrive, bière à la main, bien remonté. Je jubile déjà, mais il ne faut pas trop le montrer surtout. « Je peux savoir à quoi tu joues Tess ? » Ah, ça y est. Il l'a croisé ma Conception. Cachée derrière mes lunettes de soleil Tom Ford je l'observe, sans dévoiler mon jeu entièrement. « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles mon ange. » Me levant ensuite, j'ingurgite les dernières gouttes de margarita. « Nous n'avons pas besoin d'une femme de ménage et tu le sais très bien. » Il s'adresse à moi sur un ton qui m'est insupportable. Mon sang ne fait qu'un tour lorsqu'il défend sa petite baby-sitter des bas quartiers. Lorsque je suis tombée enceinte de Mathias, j'ai arrêté de fumer. Mais allez savoir pourquoi, depuis que ce rat travaille chez nous, je me surprends à en fumer une de temps en temps. Et le moment me semblait bien choisi. Pourquoi ? Parce que Devon ne supporte pas ça. Je me saisis alors du paquet posé sur la petite table, et allume une cigarette. Après avoir recracher le poison, je lui réponds avec insolence. « Mais oui suis-je bête, il ne faudrait pas que ta petite Cassie soit trop éloigner de toi. » La provocation et le mépris s'entendent dans le son de ma voix. « C'est déjà assez agaçant qu'elle s'occupe de Mathias et Aurore, mais il faut en plus la voir laver les sols. Conception est une professionnelle qui m'a été recommandée par l'agence. Je ne la renverrai pas ! » La colère commence à monter. Plus elle est forte, plus je tire sur ma clope. S'il s'imagine pouvoir me dicter ma conduite, il se met le doigt dans l'œil jusqu'à l'os. Je ne suis pas le genre de femme qui obéit sagement à son mari. Et je ne le serai jamais.

_________________
I want money, power and glory. I want money and all your power, all your glory. Alleluia, I wanna take you for all that you got. Alleluia, I'm gonna take them for all that they got.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 71
MessageSujet: Re: the new maid. Lun 21 Juil - 0:59

the new maid


Say something, I'm giving up on you. I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you. Say something, I'm giving up on you. ft. Devon & Tess
Un soupir passa la barrière de ses lèvres. La situation était d'un ridicule. Elle n'était pas la femme qu'il avait connue ou il se rendait simplement compte que ce genre de vie ne lui convenait pas du tout. Les enfants. Il les aimaient plus que tout. Il jouait avec eux, contrairement à Tess qui ne voulait pas se salir les mains. C'est surement pour cette raison qu'il aimait autant Cassie. Parce qu'elle n'y allait pas de main morte, qu'elle les aimait et qu'elle prenait le temps de jouer avec eux. C'était d'une évidence. Elle n'avait pas peur de sa casse un ongle, de salir ses vêtements si longuement choisis. « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles mon ange. » Son regard se posa sur sa femme une fois de plus. Il ne put s'empêcher de lâcher un rire jaune, un rire empli de sarcasme. Situation ridicule. Réponse ridicule. Devon haussa les épaules tout en laissant son regard se porter sur la piscine. « J'ai autre chose à faire que de m'amuser avec des enfantillages et des crises de jalousie de ta part.» Il attrapa sa bière qu'il porta à ses lèvres. Il avait vraiment besoin de se calmer. Il n'avait pas envie de se prendre la tête avec elle, parce qu'elle pensait que tout lui était permis. C'était dans sa nature et ça commençait fortement à l'agacer depuis quelque temps. Sa vie en général commençait fortement à l'agacer. « Mais oui suis-je bête, il ne faudrait pas que ta petite Cassie soit trop éloignée de toi. » Il s'arrêta net quand il entendit les mots de sa femme. Qu'elle ne parle pas de lui comme ça. Cassie était un peu de douceur dans ce foutu monde de matérialiste. Cassie était.. obsédante et il détestait l'effet qu'elle avait sur lui. Devon passa une main sur son visage pour se calmer, pour refouler les émotions qui prenaient possession de son être et il tourna le regard vers elle. « Si tu arrêtais de te faire des idées pour rien, surement que notre mariage serait plus facile.» Il n'avait posé aucun geste pour qu'elle se pense trompée. Devon n'avait jamais posé la main sur la gardienne. Certes, il parlait avec elle, il laissait son regard se poser sur sa personne, mais il ne la draguait pas, il ne faisait rien de déplacer. « C'est déjà assez agaçant qu'elle s'occupe de Mathias et Aurore, mais il faut en plus la voir laver les sols. Conception est une professionnelle qui m'a été recommandée par l'agence. Je ne la renverrai pas ! » Devon ne put s'empêcher de lâcher un autre rire. Il reposa sa bière une fois de plus pour s'approcher de sa femme. Les enfants étaient un autre sujet particulièrement délicat entre eux. Son regard céruléen vrilla directement dans celui de sa femme. « Tu ne l'aimes pas parce que les enfants aiment sa présence. C'est parce qu'elle prend le temps de jouer avec eux. Ce que tu ne fais pas. Ils s'en fichent d'avoir des vêtements griffés ou des coiffures parfaites. Ce sont des enfants. Ils ont envie de jouer, de se lancer de la terre, de se salir les mains et de s'amuser.» Il s'était approché d'elle pour qu'elle comprenne parfaitement ce qu'il avait à lui dire. Ça le rendait fou et il n'avait pas envie de passer plus de temps à se prendre la tête avec elle, à jouer à ce petit jeu stupide. « Je n'ai pas besoin de tes crises et que tu l'empêches d'avoir du boulot pour tes élans de jalousie, mais ça ne m'étonne pas venant d'une femme issue d'une famille aisée comme toi. Tu ne sais pas ce que c'est de ne pas avoir d'argent.» Lui. Il le savait parfaitement et c'est pour cette raison qu'un monde les séparait complètement elle et lui. Il attrapa sa bière une fois de plus et se mit en marche vers sa demeure. Il allait voir ses enfants, même si Mathias devait être couché à cette heure. Il n'avait pas envie qu'il soit élevé par la nourrice, elle n'était pas le mère et le père.

_________________
locked out of heaven
never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. but swimming in your world is something spiritual. i'm gonna get every time you spank the night.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
UNDER THE SPOTLIGHTS
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 380
MessageSujet: Re: the new maid. Lun 21 Juil - 16:13

the new maid, with devon myers
Mais regardez-le. Avec sa bière et son air d'homme conquérant. Pour qui se prend-t-il ? Monsieur à mieux à faire. À l'entendre, tout est de ma faute. J'hallucine, j'invente. Toute cette histoire provient tout droit de mon imagination fertile. Il faut dire, je m'ennuie tellement. Alors pourquoi pas inventer un adultère à mon mari. Neuf ans de mariages et il me connaît toujours aussi mal. Je ne fais pas de scandale sans vraie raison apparente. Et cette fois-ci, mon comportement est justifié. Mais non, je suis la méchante du couple. La mauvaise mère. Alors que c'est lui le plus absent. Tout ce que je fais je le fais pour mes enfants, pour que leur vie soit la plus agréable possible. Devon joue avec mes nerfs, comme je joue avec les siens. Il se met même à rire. Je l'amuse ? Il veut se divertir ? Qu'il fasse attention. La situation n'a rien de comique. Il va le comprendre très vite. Moi debout, toujours en train d'avaler et de recracher ma fumer en argumentant sur les récents événements. Et lui, posant sa bière, se lève et se tient juste en face de moi. Nos regards se plantent l'un dans l'autre, et je me décide enfin à retirer les Tom Ford. « Tu ne l'aimes pas parce que les enfants aiment sa présence. C'est parce qu'elle prend le temps de jouer avec eux. Ce que tu ne fais pas. Ils s'en fichent d'avoir des vêtements griffés ou des coiffures parfaites. Ce sont des enfants. Ils ont envie de jouer, de se lancer de la terre, de se salir les mains et de s'amuser. » Soudain je vois rouge. Ces mots me blessent au plus haut point. Comment ose-t-il me dire cela ? Je le regarde user de sa salive, choquée par ses paroles. Ces dernières ne sont pas les pires. Non. Devon savait exactement où appuyer pour faire mal. « Je n'ai pas besoin de tes crises et que tu l'empêches d'avoir du boulot pour tes élans de jalousie, mais ça ne m'étonne pas venant d'une femme issue d'une famille aisée comme toi. Tu ne sais pas ce que c'est de ne pas avoir d'argent. » De rage, mes doigts tordent la cigarette à moitié consommer. Mon regard s'assombrit, alors qu'il se tourne en direction de la maison. La discussion n'est pas terminée. Loin de là. Immédiatement, j'accoure pour le rattraper. Mes ongles manucurés se plantent dans son épaule et je le retourne d'un coup sec. Les yeux dans les yeux, encore. « Je ne sais pas non, parce que j'en ai toujours eu. Mais j'ai vu ce que c'était de ne pas en avoir et ça ne m'a jamais repoussé ! Je suis tombée amoureuse de toi. Je me suis mariée avec toi, contre l'avis de mes parents, de mes amis. » Ma colère redescend, pour laisser place à la pire des émotions. La tristesse. Depuis toujours, je m'interdis de pleurer devant mon mari. C'est ainsi. Malheureusement, les larmes commencent à monter. Il faut que je m'éclipse, et vite. « J'ai affronté mon monde tout entier pour toi. Pour nous. Pour qu'on soit ensemble. Mais tu ne vois rien. Non, monsieur ne pense qu'à la nounou, celle qui vient de son monde. Est-ce qu'une seule seconde tu penses à moi ? À ce que ça me fait de la voir chez nous ? De te voir la regarder comme tu le fais ? » Les yeux se remplissent à mesure que je parle. J'ai conscience de cet état de fait. Ce qui provoque une fois de plus mon énervement. Je grogne, devant lui, en fermant les paupières. Je n'ai plus envie d'en parler. « Mathias est chez les Hastings pour la soirée et ma mère est passée prendre Aurore. » Lui dis-je, sans même le regarder en face. « Ce soir je dormirai seule. N'essaye même pas d'entrer dans la chambre. Je n'ai aucune envie de te voir. » Sur ces mots pleins de haine, je débarrasse le plancher, avant de réellement fondre en larme. À toute vitesse, j'arpente les couloirs de la propriété, l'escalier principal, puis l'étage pour atteindre ma chambre. En me jetant sur le lit conjugal, je relâche toute ma pression, tout mon stress. Et ça me fait un bien fou.

_________________
I want money, power and glory. I want money and all your power, all your glory. Alleluia, I wanna take you for all that you got. Alleluia, I'm gonna take them for all that they got.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 71
MessageSujet: Re: the new maid. Sam 26 Juil - 2:48

the new maid


Say something, I'm giving up on you. I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you. Say something, I'm giving up on you. ft. Devon & Tess
Il n'avait pas envie de blesser sa femme, mais plus les mois passaient et plus la situation devenait tendue entre eux. Ça le rendait fou. Ça. Elle. Les enfants. Les différends. Cassie. Eux. La fatigue était perceptible sur ses traits et sa femme pouvait parfaitement le voir. Il avait pourtant droit à cette scène de jalousie alors qu'il ne s'était strictement rien passé entre eux. Devon savait faire taire les pulsions qui le prenaient. Il n'était pas un animal en manque de sexe et il ne regardait pas Cassie comme un vulgaire morceau de viande. C'était surement ça le problème. Il la regardait comme une femme. Une femme qui lui plaisait. Une femme avec qui il aimait échanger, parler. La demoiselle était jeune. Trop. Mais elle faisait monter en lui les souvenirs de son passé. Ça lui manquait. L'argent n'offrait pas tout. « Je ne sais pas non, parce que j'en ai toujours eu. Mais j'ai vu ce que c'était de ne pas en avoir et ça ne m'a jamais repoussé ! Je suis tombée amoureuse de toi. Je me suis mariée avec toi, contre l'avis de mes parents, de mes amis. » Son regard était ancré dans celui de sa femme. Ce n'était pas la question. Ce n'était pas le problème. La blonde avait toujours vécu dans le luxe et c'est exactement ça qu'elle ne pouvait pas comprendre. Elle ne pouvait que le contempler. Que de s'imaginer, mais c'était autre chose de le vivre. Devon resta silencieux. Parce qu'il n'y avait pas vraiment de réponse, de mot à souffler pour calmer la situation. Elle poussait. Il poussait. Il n'avait pas envie de rentrer pour se prendre la tête la majeure partie du temps. C'était pourtant ce qui était en train de se produire depuis des mois. Les enfants étaient un autre sujet de dispute. Il n'était pas souvent ici et il avait envie de les voir. Devon n'avait pas envie de parler de Cassie. Il n'avait pas envie d'avoir une nouvelle femme de ménage. « J'ai affronté mon monde tout entier pour toi. Pour nous. Pour qu'on soit ensemble. Mais tu ne vois rien. Non, monsieur ne pense qu'à la nounou, celle qui vient de son monde. Est-ce qu'une seule seconde tu penses à moi ? À ce que ça me fait de la voir chez nous ? De te voir la regarder comme tu le fais ? » Devon croisa les bras contre son torse. Il était encore là. Avec elle. Il n'avait pas laissé qui que ce soit pour être avec la gardienne. Tess se faisait des idées. C'était plus fort que lui d'êtres attendrit quand il voyait la jeune fille jouer avec ses enfants. « Tess. Je pense que tu exagères. Je ne suis pas amoureux de la gardienne.» Il ouvrit les bras. Ça l'énervait. Il ne disait pas tout. Il restait toujours vague quand il était question de Cassie. Ça ne servait à rien. Elle était déjà en train de se rendre folle avec un rien. Devon se sentait bien avec Cassie. Un peu trop. Elle était la seule a ne pas avoir droit au masque, au semblant. « Mathias est chez les Hastings pour la soirée et ma mère est passée prendre Aurore. » Il poussa un soupir encore plus insatisfait. « Je passe mon temps au boulot et je ne peux même pas voir mes enfants quand je rentre. C'est parfait. Vraiment parfait.» Ça le rendait fou de rage de ne pas pouvoir voir ses enfants. Il les aimait. Bien plus que qui que ce soit sur cette planète. Devon était un très bon père, mais largement plus sévère que Tess. « Ce soir je dormirai seule. N'essaye même pas d'entrer dans la chambre. Je n'ai aucune envie de te voir. » Elle s'éclipsa et le brun poussa un nouveau soupir. Il n'allait pas avoir le choix de rentrer puisque ses affaires y étaient. C'était ridicule. Complètement ridicule et il en avait assez. Plus qu'assez.

Il laissa sa femme filer sans tenter de la retenir et entra pour se diriger vers la salle de bain. Devon avait besoin d'une douche. Il avait encore sa journée dans le corps. Devon sortit de la douche, attrapa une serviette pour se sécher, enfila un bas ample et en lin question d'être confortable et fila vers la chambre. Il ne pouvait pas laisser Tess dans cet état. Il n'était pas cruel. Loin de là. Un soupir. Il en avait marre de ce genre de dispute, mais c'était plus fort que lui. Cassie. Elle avait ce quelque chose. Ce foutu quelque chose qui faisait qu'il se sentait bien. Trop bien. Il secoua la tête. C'était impossible de toute façon et il pénétra dans la pièce pour se poser sur le rebord du lit. « Tess.» Son regard se posa sur sa femme. Elle n'avait pas envie de la voir, mais elle le détesterait encore plus s'il ne tentait pas de lui parler. Les femmes. Il attrapa son bras afin de l'attirer vers lui pour la prendre dans ses bras. Il ne voulait pas qu'elle pleure. « Viens là.» Qu'elle lui donne une gifle, qu'elle l'envoie balader. Qu'importe. Il n'allait pas laisser sa femme dans cet était.

_________________
locked out of heaven
never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. but swimming in your world is something spiritual. i'm gonna get every time you spank the night.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
UNDER THE SPOTLIGHTS
SELFIE
avatar
PROFIL

#twits : 380
MessageSujet: Re: the new maid. Jeu 31 Juil - 20:14

the new maid, with devon myers
Impossible de m'arrêter. Toute la tension de ce dernier mois se déverse sous forme de larmes. Je ne peux rien faire pour l'arrêter. Je ne pleure jamais. Je dis très peu les mots « je t'aime ». Je suis touchée par absolument rien, ou presque. C'est pourquoi on me dit froide, insensible. Mais j'aime cette image. Car c'est l'image d'une femme forte, d'une femme combative. À qui on ne dicte pas son comportement ou sa façon de pensée. Pas même son mari. Mon mari. Il m'a faite pleuré. Moi. Tess Cohen-Myers. Moi qui ne pleure jamais. Tout était pourtant si parfait. Nous étions heureux. Lui, moi et les enfants. Nous l'étions oui, car je ne le suis plus. Et lui non plus. À mes yeux, Devon n'est plus l'homme que j'ai épousé. Je ne saurais dire si mes sentiments sont toujours présents. Si j'éprouve toujours cette passion folle qui nous lie l'un à l'autre. Je ne peux plus être certaine à cause de cette femme. Cette rivale qui a captivé son attention. Le fait qu'il la défende en permanence prouve bien sa culpabilité. Cette situation est étouffante et je ne la supporterai pas longtemps. Recroquevillée sur le lit, telle une enfant, je cherche du réconfort sur le coussin en soie. Sécher mes larmes est difficile, mais il le faut pourtant. Soudain, j'entends la porte qui s'ouvre. Devon ose et il entre. Immédiatement mon regard se braque sur lui, noir et menaçant. « Tess. » Oh il vient me consoler maintenant. C'est adorable, mais inutile lorsqu'on est à l'origine du chagrin. « Dehors. » Clair. Net. Précis. Aucune émotion, aucun mépris. Ma demande est simple à comprendre, et simple à effectuer. Mais bien sûr Devon Myers n'écoute pas. Il n'en fait qu'à sa tête et s'approche de moi. Pire encore, il commet la bêtise de se saisir de mon bras. « Viens là. » Je me laisse entraîner quelques secondes, avant de lui faire face. Je suis affreuse, les yeux détruits par la tristesse. « Je t'interdis de me toucher. » Brusquement, j'agite mon bras pour que sa main me relâche et je me lève. Tout en le dénigrant du regard, je vais me rincer le visage puis je m'installe sur ma coiffeuse. Dans le miroir Devon se reflète, torse nu sur le bord de notre lit. Frais et sûr de lui. Quant à moi, je me prépare à réparer le masque bien sûr. Mes doigts sélectionnent mes instruments. Rouge à lèvre, mascara, far à joue, far à paupière, fond de teint. On ne doit pas voir les fissures. Et pendant que j'étale la première couche, je m'adresse à mon époux, d'un ton froid et détaché. « Conception va travailler pour nous. Ce n'est pas un sujet à débattre. Et Cassie continuera de s'occuper de nos enfants. » Il doit comprendre que c'est dans son intérêt de ne pas répliquer. C'est comme ça et pas autrement. En parfaite femme superficielle, j'admire ma beauté dans la glace. Le résultat est remarquable. Personne ne prétendrait que je suis malheureuse en me voyant. Je me souris, avant de retourner à ses côtés. Sensuelle à souhait - et provocante dans ce maillot qui met ma poitrine en valeur - je m'installe à califourchon sur Devon. Mes mains agrippent sa nuque et je le fixe alors tendrement. Nous sommes très proches. Collés l'un à l'autre. Je soupire, et l'embrasse dans un baiser langoureux, amoureux, assommeur. Mon corps se blottit contre lui. Mes bras entourant son buste. Mes lèvres rosés lui murmurent alors. « Trompe moi, ne serait-ce qu'une fois, et je ferai de ta vie un véritable enfer. » Sur ces mots, je lui souris à nouveau. Comme une femme aimante. Une femme parfaite.

_________________
I want money, power and glory. I want money and all your power, all your glory. Alleluia, I wanna take you for all that you got. Alleluia, I'm gonna take them for all that they got.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
SELFIE
PROFIL

MessageSujet: Re: the new maid.

Revenir en haut Aller en bas

the new maid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#YACHTLIFE ~ SAVE WATER, DRINK CHAMPAGNE ! ::  :: Beverly Hills :: Résidences-